PORTRAIT: Landry Ngang – Le 93 au parlement europĂ©en

Landry NGANG, 19 ans, Ă©tudiant en sciences politiques et candidat aux Ă©lections europĂ©ennes. Portrait d’un insoumis qui s’est forgĂ© dĂšs son enfance un mental d’acier. Pour les quartiers populaires, pour le 9-3, le voilĂ  candidat pour reprĂ©senter les siens aux plus hautes sphĂšres.

Le jeudi, il finit les cours Ă  dix heures. Landry est Ă©tudiant en premiĂšre annĂ©e de licence en sciences politiques Ă  l’universitĂ© Paris 13, une universitĂ© implantĂ©e en Seine-Saint-Denis Ă  Villetaneuse.

Par commoditĂ©, nous nous voyons au « cafĂ© de France Â», un cafĂ© situĂ© tout prĂšs de la basilique de Saint Denis, lieu historique de la ville. Landry est Ă  domicile. NĂ© Ă  Saint Denis de deux parents fonctionnaire, il baigne et grandit dans le milieu du sport dĂšs son plus jeune Ăąge.« A partir de mes six ans j’ai fait trois annĂ©es de football, je suis passĂ© ensuite au judo et Ă  la natation. J’ai enchainĂ© sur deux annĂ©es de tennis et cinq annĂ©es de handball. Mon parcours est chaotique mais j’aimais tous les sports et je voulais en essayer plusieurs Â».

« Un jour la CPE est rentrĂ©e dans notre classe et nous a dit «cette annĂ©e il n’y aura pas de voyage. C’est soit le voyage soit le chauffage». Pendant que nous avions le choix entre le chauffage et le voyage, les Ă©lĂšves du collĂšge JBS eux sont partis au BrĂ©sil »

Dans ce parcours sportif qu’il minimise, Landry a tout de mĂȘme finit champion de France des moins de dix-huit ans avec le club de handball de Tremblay en France.« Ça a Ă©tĂ© une Ă©tape super importante dans ma construction. J’ai acquis un mental d’acier grĂące Ă  ce sport. J’étais quelqu’un d’assez rĂ©servĂ© et avec ça je me suis ouvert et aguerri ».

Landry a fait toute sa scolaritĂ© dans sa ville natale. Mais s’il y a une pĂ©riode qui a marquĂ© le jeune dionysien Ă  vie, c’est celle du collĂšge.« C’est la premiĂšre fois que je ressentais qu’on Ă©tait des citoyens de seconde zone. J’étais au collĂšge Fabien. Pas trĂšs loin, il y avait un collĂšge privĂ© qui s’appelait Jean Baptiste de la Salle. En classe de quatriĂšme on avait normalement un voyage Ă  faire en Angleterre. Un jour la CPE est rentrĂ©e dans notre classe et nous a dit « cette annĂ©e il n’y aura pas de voyage. C’est soit le voyage soit le chauffage». Pendant que nous avions le choix entre le chauffage et le voyage, les Ă©lĂšves du collĂšge JBS eux, sont partis au BrĂ©sil. Ça m’avait profondĂ©ment choquĂ© »


« J’ai dĂ» faire une annĂ©e sabbatique. Durant les premiers mois je ne faisais rien du tout, je me couchais Ă  six heures du matin et je me levais Ă  quinze heures. C’était une pĂ©riode difficile pour moi parce que je me sentais inutile »


ScolarisĂ© au lycĂ©e de secteur Ă  Paul Eluard, Landry peut compter sur cette professeure de SVT dont il se rappelle trĂšs bien. « J’avais des facilitĂ©s au lycĂ©e. Sans bosser, je pouvais avoir de bonnes notes. Ce n’est qu’en terminale S que les choses se compliquent. Ma mĂ©thode ne fonctionnait plus. Heureusement je pouvais compter sur ma prof’ de SVT qui m’a mis au travail et ne m’a pas laissĂ© de cĂŽtĂ©. Elle m’a apportĂ© une dĂ©marche intellectuelle d’analyse que j’utilise jusqu’à aujourd’hui. »

Celui qui s’est mobilisĂ© contre la rĂ©forme d’admission post-bac par la suite sait de quoi il parle. Il a lui-mĂȘme Ă©tĂ© victime du nouveau systĂšme d’affectation des lycĂ©ens dans les filiĂšres post-bac. « J’avais demandĂ© la filiĂšre STAPS, parce que je voulais devenir coach sportif. J’avais demandĂ© des facultĂ©s en province pour pouvoir dĂ©couvrir de nouveaux horizons et continuer Ă  faire ce que j’aime. Malheureusement je n’ai pas Ă©tĂ© tirĂ© au sort ».

A la rentrĂ©e scolaire, comme des milliers de lycĂ©ens, il se retrouve sans affectations.« J’ai dĂ» faire une annĂ©e sabbatique. Durant les premiers mois je ne faisais rien du tout, je me couchais Ă  six heures du matin et je me levais Ă  quinze heures. C’était une pĂ©riode difficile pour moi parce que je me sentais inutile. J’ai quand mĂȘme travaillĂ© quelques mois dans l’animation pour avoir une activitĂ© Â».


« Je suis tombĂ© par hasard sur une vidĂ©o de Jean Luc MĂ©lenchon sur internet. En Ă©coutant, je me suis mis Ă  cocher dans ma tĂȘte toutes ses propositions. C’était comme une Ă©vidence pour moi. Je partageais tout ce qu’il disait »

Dans un parcours militant, il y a toujours ce moment de dĂ©clic oĂč l’on est sĂ©duit par des idĂ©es, des valeurs ou encore un personnage. Ce moment, Landry l’a bien vĂ©cu durant la campagne des Ă©lections prĂ©sidentielles alors qu’il est encore au lycĂ©e.

« Je suis tombĂ© par hasard sur une vidĂ©o de Jean Luc MĂ©lenchon sur internet. Il Ă©tait passĂ© dans l’émission « On n’est pas couchĂ© » sur France 2. JLM rĂ©pondait Ă  la question suivante : Quelles seraient les dix mesures que vous porterez si vous ĂȘtes Ă©lu PrĂ©sident de la RĂ©publique ? En Ă©coutant sa rĂ©ponse, je me suis mis Ă  cocher dans ma tĂȘte toutes ses propositions. C’était comme une Ă©vidence pour moi. Je partageais tout ce qu’il disait ».

Landry va alors acheter « l’avenir en commun Â» le livre-programme portĂ© par le candidat insoumis Ă  la prĂ©sidentielle. « A partir de ce moment, je me suis intĂ©ressĂ© au personnage et au mouvement de la France insoumise. J’ai dĂ©couvert un mouvement novateur qui proposait de nouvelles maniĂšres de faire de la politique. Et j’ai commencĂ© Ă  militer».


« Les gens ne sont pas dĂ©politisĂ©s. Il y a beaucoup d’associations en banlieue et c’est une des maniĂšres de faire de la politique. Les gens ne parlent pas le langage des partis politiques mais ils font de la politique sans le savoir »

Landry se rappelle de sa premiĂšre action militante. Il est retournĂ© avec d’autres « camarades Â» devant son ancien lycĂ©e pour sensibiliser les jeunes autour de la rĂ©forme d’admission post-bac « parcours-sup Â». A la diffĂ©rence des militants traditionnels qui organisent des tractages devant des points de passage, Landry et ses amis dĂ©barquent avec un food-truck qu’ils avaient customisĂ©. Dans un cadre musical et festif, ils ont pu Ă©changer et discuter avec les lycĂ©ens Ă  la sortie du lycĂ©e de la rĂ©forme. « Ă‡a a Ă©tĂ© une grosse rĂ©ussite Â» affirme-t-il fiĂšrement. 

En banlieue, lĂ  oĂč les chiffres d’abstention pour les diffĂ©rentes Ă©chĂ©ances Ă©lectorales sont trĂšs Ă©levĂ©s, Landry ne perd pas espoir Ă  voir ses idĂ©es sĂ©duire les habitants.

« Les gens ne sont pas dĂ©politisĂ©s. Il y a beaucoup d’associations en banlieue et c’est une des maniĂšres de faire de la politique. Les gens ne parlent pas le langage des partis politiques mais ils font de la politique sans le savoir. Ce qu’il faut faire dans ces quartiers pour mobiliser davantage, c’est aller chercher les gens lĂ  oĂč ils sont, et c’est ce qu’on fait avec la France insoumise ».


« On est parti les voir et on leur a dit venez fumer votre chicha avec nous. Au final ces jeunes ont eu des interventions super pertinentes »

Landry se rappelle d’une autre action militante oĂč il est allĂ© chercher les jeunes lĂ  oĂč ils Ă©taient sans posture paternaliste ou jugement. « On a fait une rĂ©union publique dans un square avec le dĂ©putĂ© Éric Coquerel. On a posĂ© un barbecue et quarante chaises, et on est parti voir les gens pour leur dire venez parler de ce que vous voulez avec votre dĂ©putĂ©. Au loin il y avait des jeunes qui fumaient leur chicha. On est parti les voir et on leur a dit venez fumer votre chicha avec nous. Au final ces jeunes ont eu des interventions super pertinentes Â» raconte Landry.

Un parmi ces jeunes soulĂšve un problĂšme crucial, celui de l’emploi. « Je suis Ă©tudiant en BTS et je n’arrive pas Ă  trouver un stage. Comment ça se fait qu’il y ait Ă  La Plaine Saint-Denis plein d’entreprises et que je n’arrive pas Ă  trouver de stage ? Â». Un autre jeune rebondi en Ă©voquant les violences policiĂšres dans les quartiers.

« Toutes ces thĂ©matiques on a pu en parler avec des gens qui sont en dehors des cercles politisĂ©s traditionnels parce qu’on est parti les chercher lĂ  oĂč ils Ă©taient. Il faut amener la politique dans les quartiers Â» rebondit Landry.

A quelques mois des Ă©lections europĂ©ennes, Landry est optimiste. « Si on arrive Ă  chercher les gens qui ne votent pas, on peut crĂ©er la diffĂ©rence Â». Il est convaincu que les gens ne votent pas parce qu’ils sont déçus du manque d’intĂ©gritĂ© dans la fonction politique et reprĂ©sentative des citoyens. D’ailleurs il n’aspire pas Ă  vivre de la politique.


« Ce sont les militants de Saint-Denis qui m’ont dit un jour « lance-toi ». AprĂšs rĂ©flexion je me suis dit qu’on Ă©tait nous les jeunes des quartiers populaires pas reprĂ©sentĂ©. J’y suis allĂ© par devoir »

« Je n’ai pas envie de faire de la politique ma vocation premiĂšre. J’ai envie de finir mes Ă©tudes et apporter une richesse Ă  la sociĂ©tĂ©. Je pense que beaucoup d’élus parce qu’ils vivaient uniquement de la politique, se sont mis dans des situations dĂ©licates parce qu’ils Ă©taient prĂȘts Ă  tout pour ne pas perdre leur mandat Â».

Mais Landry ne va pas dans cette bataille Ă©lectorale avec un esprit dĂ©faitiste, au contraire. « De l’autre cĂŽtĂ©, nous les jeunes, on a aussi un devoir. Les jeunes des quartiers ne sont pas du tout reprĂ©sentĂ©s dans les institutions. Cette bataille doit ĂȘtre menĂ©e Ă©galement dans ce sens et avec sĂ©rieux ».

Cette distance qu’il a par rapport au pouvoir et la quĂȘte du pouvoir se fait ressentir mĂȘme dans le processus de sa candidature pour l’échĂ©ance europĂ©enne. « Ce sont les militants de Saint-Denis qui m’ont dit un jour « lance-toi Â». AprĂšs rĂ©flexion je me suis dit qu’on Ă©tait nous les jeunes des quartiers populaires pas reprĂ©sentĂ©. J’y suis allĂ© par devoir. J’ai envoyĂ© un mail au comitĂ© Ă©lectoral de la France Insoumise et j’ai Ă©tĂ© trĂšs bien accueilli par Manuel Bompard et le reste du comitĂ©. Ma candidature a ensuite Ă©tĂ© approuvĂ©e Â».



« Au parlement europĂ©en nous seront des lanceurs d’alertes. On ne laissera rien passer. On fera du parlement europĂ©en un instrument tribunitien »

Landry se trouve en vingt-huitiĂšme place sur la liste « Maintenant le peuple Â» de la France Insoumise portĂ©e par Manon Aubry. « Ma place Ă  la vingt-huitiĂšme n’est pas insignifiante. On est plusieurs des quartiers populaires Ă  ĂȘtre prĂ©sent sur cette liste. Leila Chaibi qui a militĂ© un bon nombre d’annĂ©es sur le logement insalubre est bien placĂ©e et c’est bon signe. La France insoumise a compris qu’il fallait accorder aux quartiers populaires une place digne de ce nom et que les banlieues faisaient partie intĂ©grante de la vie politique française. Au-delĂ  de l’üle de France, il y a SĂ©bastien Delogu de Marseille ou encore Rhany Slimane du cotĂ© de Montpellier qui sont prĂ©sents sur la liste ».

S’ils siĂšgent au parlement europĂ©en, Landry accompagnĂ© de ses colistiers seront des « dĂ©putĂ©s de combat Â». Landry annonce la couleur. « Au parlement europĂ©en nous seront des lanceurs d’alertes. On ne laissera rien passer. Il faut que les gens aient conscience que les dĂ©cisions prises par la commission europĂ©enne impactent leur quotidien en France. Si on a aussi peu de moyen en banlieue c’est en partie Ă  cause du fameux trois pourcent de dĂ©ficit qu’on a pas le droit de dĂ©passer. On fera du parlement europĂ©en un instrument tribunitien Â».

Landry s’enorgueillit du rĂŽle du dĂ©putĂ© europĂ©en, Younous Omarjee, seul dĂ©putĂ© France Insoumise siĂ©geant au parlement europĂ©en. « A lui tout seul il a rĂ©ussi Ă  mobiliser du monde autour de la pĂȘche Ă©lectrique et la commission europĂ©enne a fini par reculer. Si on a vingt voire trente Younous Omarjee dans l’hĂ©micycle, on pourra faire de grandes choses ». 

Alors que le scrutin se tiendra en mai prochain, le jeune candidat, tĂȘte sur les Ă©paules conclut. « C’est ma premiĂšre campagne politique, j’ai beaucoup Ă  apprendre et j’apprends dĂ©jĂ  beaucoup Â» avant de rebondir,

« J’ai envie d’y ĂȘtre pour dire aprĂšs aux potes, regardez les gars je l’ai fait ! Vous aussi vous pouvez le faire Â».

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close